Grosse révolution dans les distributeurs automatiques

Publié le : 23/08/21
  • Aliments sains, soupes, smoothies, plats préparés… Les distributeurs automatiques montent en gamme, jouent la carte des produits premium et d’une innovation sans cesse croissante dont bénéficient déjà les employés de bpost.

    Le distributeur automatique traîne depuis longtemps une piètre image, celle d’une « machine à crasses » remplie de snacks sucrés, de chips, de sodas ou encore de café bas de gamme. Cette image, le secteur a entrepris de la dépoussiérer pour faire entrer le vending dans une ère d’innovation et de modernité. Avec, au passage, une sérieuse montée en gamme des produits vendus. À tel point qu’aujourd’hui, il est quasiment possible de tout vendre dans un distributeur.

    « Il existe même désormais des machines à smoothies et soupes frais, confirme Robert Masquelier, Vending Manager chez Sodexo. Ce type de distributeur mixe lui-même des légumes et des fruits surgelés avec de l’eau à bonne température. D’autres fabriquent des pizzas en direct : le consommateur assiste à la préparation et à la cuisson de sa commande. L’expérience consommateur a été décuplée. La technologie est devenue très pointue. Ce qui permet de proposer des produits de plus en plus haut de gamme comme, par exemple, des machines à café avec du lait frais ou des fontaines à eau qui mixent des sirops sains et bio sans produire de packaging. Le vending est devenu un très gros marché drivé par l’innovation. »

    Les 3 grands types de « vending machines »

    LockBloxLes distributeurs de nourriture peuvent, de nos jours, être classés en trois grandes catégories :

    • les cylindres ou carrousels : comme les machines utilisées, par exemple, par les boulangers pour proposer du pain frais en dehors des heures d’ouverture ;
    • les distributeurs à tapis roulant : ils proposent au consommateur des produits plus fragiles, comme par exemple des contenants en verre ;
    • le smart vending : des machines plus évoluées, très modulables qui donnent accès, via un code, à un casier réfrigéré qui autorise toutes sortes de produits frais (salades, soupes, plats à réchauffer, etc.).

    « Dans la troisième catégorie, on trouve notamment le LockBlox, note Robert Masquelier. Un modèle de distributeurs à casiers imaginé par Innovend, une société italienne à la pointe. Elle accompagne sa machine d’un software remarquable qui autorise une expérience client très intuitive. Le client peut même accéder, avant son achat, à l’ensemble des informations nutritionnelles du produit. Un LockBlox permet aussi de payer sur place ou de réaliser un pay and collect via une plateforme digitale. Le consommateur reçoit alors un code par notification qui lui permet d’ouvrir le casier à l’heure souhaitée. C’est une solution élégante qui permet de proposer des produits ultrafrais et réalisés à la commande. »

    Des distributeurs transformés en restaurants virtuels chez bpost

    bpost est l’un des plus grands employeurs du pays. L’opérateur postal dispose de 14 restaurants disséminés dans tout le pays : cinq selfs installés dans des centres de tri et neuf multisnacks. Ces derniers proposent uniquement des sandwiches, des soupes, des salades, des desserts et des snacks chauds.

    « Ces restaurants sont gérés par bpost avec l’aide de Sodexo, précise Julien Fernandez, Soft facility expert chez bpost. C’est un contrat un peu particulier en ce sens qu’il mêle du personnel bpost et du personnel Sodexo. Le personnel existant travaille donc dans des équipes de plus en plus mixtes au gré des départs à la pension. Un système qui fonctionne très bien. »

    Suite à la pandémie et aux restrictions sanitaires, bpost s’est interrogé sur la meilleure façon de continuer à proposer des produits de qualité à ses équipes sans engorger ses restaurants aux heures de pointe. « Nous avons regardé les nouvelles tendances du vending, poursuit Julien Fernandez. Notamment les restos virtuels. La commande se déroule sur une plateforme digitale, le consommateur va ensuite la chercher dans un lieu prédéfini. Ce projet-là, nous l’avons lancé en test à Charleroi X. L’employé commande en ligne en indiquant le lieu de retrait et l’heure. Dans l’intervalle, un collaborateur du catering prépare la commande et va la déposer dans le frigo choisi. »

    Des plats chauds, y compris la nuit

    Robert Masquelier
    Robert Masquelier, Vending Manager Sodexo

    Sur les conseils de Sodexo, bpost a aussi choisi d’installer deux LockBlox, l’un à Anvers X, l’autre à Charleroi X, dans la salle du self-service. « Nous les avons personnalisés et rebaptisés Foodbox, confie Julien Fernandez. Ils proposent des soupes, des desserts, des salades fraîches mais surtout des repas prêts à l’emploi à réchauffer sur place ou à la maison. Ce sont des plats qualitatifs dont le grammage correspond à ce qui est proposé dans le restaurant. C’est un vrai repas premium, une exigence fondamentale pour nous. À Anvers X, le self est ouvert 24 heures sur 24 mais pas à Charleroi X. Cette solution permet donc à nos employés du centre de tri de disposer malgré tout d’un repas chaud pendant leur service de nuit. C’est une vraie valeur ajoutée. »

    Lancé en mai, ce projet n’en est encore qu’à ses balbutiements mais il est suivi de près par l’opérateur postal, en vue de développements futurs.
    « Nous allons évaluer le degré de satisfaction de nos employés, détaille Julien Fernandez. Nous avons volontairement choisi un site au nord et un autre au sud du pays. La demande culinaire n’est pas la même. Le sud aime les plats plus classiques, le nord est davantage tenté par des produits plus légers. En cas de succès, on pourrait étendre la gamme des Foodbox. Notamment dans nos multisnacks où les distributeurs pourraient suppléer l’absence de repas chauds dans l’offre initiale. Nous avons choisi un modèle avec beaucoup de casiers et il est donc tout à fait possible de faire évoluer la gamme. »

    Sodexo pense déjà à d’autres innovations

    Les changements des habitudes de consommation mais aussi la révolution induite par le télétravail dans les entreprises amènent les entreprises de restauration collective comme Sodexo à s’adapter et à proposer des concepts innovants qui collent aux nouveaux besoins des consommateurs. Avec un net accent mis sur le côté retail de l’expérience qui permet de toucher les clients à toutes les heures de la journée.

    Photo lockblox« Chez Sodexo, nous proposons une gamme complète de machines capables de répondre à l’ensemble des besoins du client, explique Robert Masquelier. Avec le nouveau concept Modern Recipe, nous allons aussi pouvoir proposer notre propre plateforme personnalisée pay and collect. Mais nous regardons déjà vers le futur. Comme ce petit frigo connecté transparent qui, une fois déverrouillé via une carte de paiement, permet de choisir un certain nombre de produits qui sont automatiquement débités quand on referme la porte. Nous envisageons aussi le concept de micromarket connecté. Basé sur un système de self-scanning, il permettra au client de scanner et payer ses articles sans l’intervention de personnel de caisse. » Le futur, c’est maintenant !