Des repas adaptés pour les personnes en soins palliatifs

Publié le : 08/10/21
  • Les soins palliatifs sont des soins pour accompagner les personnes en fin de vie. En plus de soins de santé nécessaires apportés, le régime alimentaire est adapté pour leur offrir des derniers plaisirs culinaires en fonction de leurs envies et non des leurs besoins nutritifs. Cela peut paraître anodin mais pourtant…

    SeniorsLe rôle du diététicien dans les soins palliatifs

    La nourriture est le carburant de notre corps. En plus de fournir de l'énergie et des nutriments, elle apporte tout simplement du plaisir. Le diététicien, expert en nutrition, donne des conseils aux personnes souffrants de problèmes liés à la nutrition. Mais en soins palliatifs, l’élaboration des plats en fonction des valeurs nutritives est délaissée au profit des souhaits et des envies du résident. Le plaisir devient la priorité dans le menu. L’objectif ? Améliorer la qualité de vie des personnes bénéficiant de soins palliatifs.

    La collaboration entre les prestataires de soins et le diététicien est un élément crucial. Ineke Struelens, diététicienne pour les maisons de repos et de soins De Lisdodde, Hof van Egmont et Roosendaelveld explique : « Nous travaillons désormais avec une "boîte à outils". Il s'agit d'une boîte que l'on place dans la chambre du résident, avec quelques objets susceptibles d'apporter des informations, de la détente et une reconnaissance des émotions. On y explique aussi ce qui peut encore être proposé en termes de nutrition, pour stimuler le plaisir du résident à manger. Ensuite, le personnel infirmier contacte le diététicien pour proposer une alimentation personnalisée. »

    Nous parlons ici de "nourriture à souhait". Par exemple, remplacer un repas chaud par un bout de gâteau est possible. Pourquoi ? Juste parce que c’est bon !

    "Lorsque tous les jours se ressemblent et que les heures sont remplies de douleur, prendre du plaisir en mangeant est un véritable réconfort" exprime Karin Baek, personne de support en soins palliatifs pour les maisons de repos Hof van Egmont et De Lisdodde.

    SeniorsDes choix pertinents

    Chaque personne a une perception particulière de la nourriture. Alors que certains la perçoivent comme une source de plaisir, d’autres par exemple, y retrouve du réconfort ou de l’espoir. Des résidents en soins palliatifs, quant à eux, voient en la nourriture un poids car manger provoque de la douleur ou de l’inconfort (aversion aux gouts et/ou aux odeurs, nausées, vomissements, manque d’appétit, fatigue extrême, problèmes buccaux, problèmes de mastication et de déglutition, diarrhée, etc.). Dans ces situations, l’équipe soignante ne forcera jamais le résident à manger et respectera ses envies du moment. 

    Des soins réconfortants 

    Lorsque la fin de la vie du résident approche, il reçoit non plus des soins palliatifs mais plutôt des soins de fin de vie. En général, ces patients subissent une perte de poids, une perte d'énergie et une perte d'appétit. La priorité est alors d'accompagner le résident selon ses envies, qui seront assouvies. Dans certains cas, il est préférable et plus confortable d'arrêter de manger et de boire. Un point particulièrement difficile pour leur entourage, car manger et boire est un symbole d'espoir et de guérison. Le fait d'arrêter peut alors être associé au désespoir et au renoncement. Néanmoins, dans cette phase, il est souvent plus confortable pour le résident d'arrêter de manger ou de boire. Il n’est tout de même pas rare qu’un patient savoure une délicieuse praline ou un verre de mousseux qui lui apportera beaucoup de plaisir. 

    Que se passe-t-il lorsque l’on arrête de manger et de boire ?

    Le jeûne alimentaire entraine une production d'endorphines par le corps, une hormone aux propriétés analgésiques (qui réduisent la douleur). Lors du jeune, des épisodes de somnolence peuvent survenir. En soins palliatifs, un jeûne peut ainsi apporter un peu de confort au résident qui voit ses douleurs diminuer. 

    seniorsEn soins palliatifs, le personnel soignant et la famille ressentent parfois le besoin d’hydrater le résident. Or, cela est souvent dû à la peur de la sensation de soif et la crainte de la déshydratation. Cependant, il n’y a pas nécessairement un lien direct entre la soif et la déshydratation en fin de vie. 

    Eline Hendriks, diététicienne à la maison de repos et de soins Witte Meren explique : « Il existe différentes options, comme les flocons de cava ou du gel aromatisé. Par exemple, si un résident aime boire du cola, nous lui proposons du gel aromatisé au cola. Ce gel offre du goût, fond lentement pour que la sensation en bouche soit agréable, et il n’y a pas de risque pour le résident. Les proches et les membres de la famille peuvent même donner eux-mêmes ce gel, ce qui leur apporte un peu de réconfort. » 

    Une nourriture réconfortante

    La nourriture réconfortante n'a plus aucune valeur nutritionnelle. Elle est uniquement proposée pour apporter du plaisir au résident, procurer des sensations positives qui réconfortent. Tout cela est organisé avec l’équipe soignante et les proches. 

     


    Vous avez des questions sur la nutrition dans les soins palliatifs ? Vous pouvez nous contacter à l'adresse nutrition.be@sodexo.com.