La révolution des espaces de travail

Publié le : 09/11/21
  • La pandémie a amené, dans le monde de l’entreprise, son lot de changements, dont certains sont très radicaux. Avec l’avènement du télétravail et le besoin de plus de collaboratif, la façon de travailler s’est métamorphosée ces dix-huit derniers mois. Les espaces de travail doivent s’adapter à ce nouveau normal qui va allier présence au bureau et travail à distance.

    workplaceLe bureau est-il mort ? Au début de la pandémie, après le premier confinement, beaucoup s’imaginaient qu’il allait disparaître. Paradoxalement, le télétravail et les nouveaux modes digitaux de collaboration, utilisés obligatoirement ces derniers mois, ont confirmé l’importance des liens sociaux et, donc, assuré la pérennité du bureau. Mais pas le même qu’avant. Le nouvel espace de travail doit donner du sens, un sentiment de sécurité et de bien-être, porter les marques de la durabilité et célébrer le besoin de collaboration.

    Un mode de travail hybride

    Partout où c’est possible, les entreprises belges se dirigent vers le travail hybride qui va associer télétravail, digital et présentiel, avec plus ou moins d’autonomie et de liberté. Mais la sensibilité des salariés et les différentes cultures d’entreprise font qu’il n’y a pas de recette miracle. One size does not fit all ! Un travail sur mesure est une nécessité pour que ce mode hybride devienne durable et implique une expérience qui soit positive pour l’employeur, la culture d’entreprise et le salarié.

    « Certaines personnes sont beaucoup plus à l’aise dans un environnement très social ; d’autres sont très heureuses de travailler à domicile, confirme Philippe Casgrain, Vice-président senior, Global FM et HSE chez Sodexo. Chaque collaborateur vivra des expériences et aura des attentes très différentes au moment de venir au bureau, ce qui signifie que la flexibilité sera essentielle ».

    Selon une récente étude belge, conduite par Acerta et la KU Leuven, six collaborateurs sur dix veulent continuer le travail à distance mais 16,5 % ne veulent plus jamais en entendre parler. Rien que ces deux chiffres expriment la difficulté que rencontrent les entreprises à l’heure d’appréhender le nouveau normal. Ils confirment la nécessité pour chaque entreprise de construire son propre modèle, de gérer intelligemment et de façon structurelle la présence et l’absence de ses équipes.

    Un espace de travail multi-facettes

    « La pandémie va déboucher sur la création d’espaces de travail dynamiques où la proportion bureaux-espaces de rencontre va s’inverser au profit des seconds, assure Laurence Vanhee, ancienne DRH du SPF Sécurité Sociale, et aujourd’hui à la tête d’Happyformance qui accompagne les entreprises dans des changements durables. Le bureau ne va plus se construire autour de l’ego et du statut mais en fonction des liens à tisser. »

    Le bureau ne va plus se construire autour de l’ego et du statut mais en fonction des liens à tisser. 

    WorkplaceSimon French, directeur de la conception et des espaces de travail chez GSK, corrobore : « Je m’attends à une transition vers un modèle de travail basé sur le comportement, qui implique une conception du lieu de travail basée sur l’activité des employés. Cela signifie théoriquement moins de bureaux fixes et plus d’espaces multifonctionnels, pour offrir aux employés une flexibilité totale dans leur façon de travailler. »

    Demain, l’espace de travail devra être adapté à chacun d’entre nous tant dans sa forme physique (la conception des espaces) que spirituelle (réponse à nos attentes en matière de bien-être et de durabilité). En Belgique, face à la pandémie, de nombreuses entreprises ont déjà procédé au remodelage de leurs espaces de travail. Il n’y a pas de modèle unique mais une série de leitmotivs. D’abord, la fin de l’open space proprement dit avec des espaces d’équipes ouverts plus réduits dont on a sorti tout l’aspect bruyant. Des box sont prévus pour téléphoner, des salles de réunion de tailles multiples (même rien que pour deux personnes) fleurissent dans les étages.

    Ensuite, la technologie, nécessairement très simple d’utilisation, doit permettre la tenue de réunions mixtes pour que les gens à distance aient l’impression d’être dans la salle avec leurs collègues. Autre tendance : donner l’envie de revenir au bureau en offrant des services supplémentaires personnalisés.

    Une autre restauration

    Restaurant Sodexo Belgium HQDans de nombreuses sociétés aussi, la cafétéria, au sens large, s’est muée en un espace de rencontres à utiliser toute la journée.

    « C’est ce que nous avons fait dans notre restaurant au siège, confie Michel Croisé, président de Sodexo Belgique Luxembourg. Des espaces lounges et des box confortables ont été installés pour permettre la tenue de réunions formelles et informelles. C’est une démarche que nous observons aussi chez nos clients et qui nous conforte dans notre stratégie d’être présents dans les restaurants que nous exploitons chez eux, à tous les moments de la journée avec des offres saines et qualitatives. »

    L’espace de travail de demain passe, en effet, aussi par une redéfinition des modèles alimentaires des entreprises. Ainsi dans une récente étude conduite par le groupe Sodexo, 78 % des dirigeants interrogés s’accordaient à dire qu’ils doivent trouver des modèles alimentaires innovants pour s’adapter à une nouvelle ère de travail. Via des options plus saines sur le lieu de travail ou tout autre moyen de répondre aux besoins de leur personnel à distance.

    Technologie et bien-être

    workplaceDernier leitmotiv : la durabilité. Porteur depuis des années, ce thème a encore pris plus d’importance avec la pandémie. Un aspect essentiel pour qui veut aujourd’hui attirer ou garder ses talents et clients. À l’heure de rénover ou modifier leurs bureaux, les entreprises s’efforcent de réduire leur empreinte carbone : choix des matériaux, amélioration de l’efficacité énergétique, utilisation optimale des espaces, etc.

    Depuis des mois, les entreprises ne cessent de soutenir les employés qui travaillent à distance et veillent à garder du lien. Il est fondamental que le mode hybride permette de garder ou de construire un véritable esprit d’équipe. Si la technologie est effectivement utile pour créer du lien, il faut aussi poser des garde-fous et veiller à permettre la déconnexion digitale, afin de conserver une véritable séparation entre vie professionnelle et vie privée.

    On le voit, l’avènement de nouveaux espaces de travail est un véritable défi pour les entreprises. Pour remporter l’adhésion et faire en sorte qu’ils soient vraiment inclusifs, donner du sens et impliquer les employés est crucial.